lutter contre le burnout, fondatrice human tempo Rachel Liu

Rachel Liu a fondé récemment Human Tempo dans le but de proposer une solution innovante aux personnes épuisées, qui sont en saturation professionnelle et ne ressentent plus d’épanouissement dans leur travail. Elle propose de les accompagner, avec une équipe de thérapeutes, pendant cinq jours en campagne bourguignonne pour lutter contre le burn out : de quoi se couper des sollicitations habituelles afin de se reconstruire à l’abri des pressions et des jugements. Le premier séjour Human Tempo a eu lieu fin mars. Rachel, on ne peut plus ravie, fait le point avec nous.

Apprendre à se connaître et ne pas se mentir

Cette escapade champêtre propose des ateliers corps-esprit (sophrologie, méditation, massage, etc.), des balades en forêt, des moments de repos sans contrainte, des discussions informelles autour d’une tisane, des temps d’accompagnement individualisé et enfin, un temps formalisé d’une heure par jour où les participants proposent une réflexion en groupe. Rachel est en charge de créer de la convivialité, du lien et des échanges entre les membres du séjour. Ces derniers sont là pour s’entraider. La fondatrice du projet nous explique qu’ils “peuvent se permettre de laisser tomber leurs masques car il ne se connaissent pas et traversent la même épreuve.” Il est vrai que montrer sa vulnérabilité à son entourage semble parfois difficile, les personnes en situation de burn out ressentent beaucoup de culpabilité. Elle a également très bien compris que ce qui est important, c’est de comprendre qu’il n’y a pas de solution miracle pour tout le monde. C’est, d’ailleurs, pour cette raison que les moments proposés aux participants sont divers et variés. Chacun peut trouver ce qui est bon pour lui au travers de ce panel d’outils mis à leur disposition.

“La clef c’est de bien se connaître et surtout, de ne pas se mentir, oser aller vers des métiers qui nous correspondent vraiment. Le stress indique qu’il y a problème.”

Rachel ajoute que, d’une manière générale, pour lutter contre le burn out, “il faut surtout se connaître soi-même, trouver un métier en adéquation avec ses aspirations. Nous avons souvent une projection erronée de nous-même”. Elle-même victime de deux épuisements professionnels au cours de sa carrière, elle nous raconte que : “Je pensais que j’adorais travailler en équipe. Or, ce n’est pas vrai ! Ça me cause beaucoup de stress. Il est vrai qu’aujourd’hui la collaboration participative est à la mode : mais, elle ne me correspond pas. La clef c’est de bien se connaître et surtout, de ne pas se mentir, oser aller vers des métiers qui nous correspondent vraiment. Le stress indique qu’il y a problème.”  Rachel précise que parfois “il ne s’agit pas de changer de job mais de changer sa manière de se comporter au travail.” 

Le burn out est mort, vive la joie de vivre !

La fondatrice de Human Tempo a qualifié cette première expérience de “très très belle semaine”. Ce premier séjour a, visiblement, été une réussite ! Selon elle, les participants et les intervenants sont repartis avec du baume au coeur et le sourire aux lèvres. Les accompagnateurs ont relevé leur pari : créer un moment hors du temps, un moment off pour souffler, pour se poser les bonnes questions et pour trouver (peut-être) une partie des réponses pour lutter contre le burnout. Prendre du recul permet de laisser germer dans les esprits de nouvelles idées, de nouvelles envies, de nouveaux projets.

“Mes batteries étaient à plat depuis un an, j’étais en mode survie, maintenant elles ne sont qu’à moitié remplies mais, j’ai à nouveau envie de vivre ! ”

Rachel nous explique que les participants “avaient changé de tête, ce n’était plus les mêmes entre le moment où ils sont arrivés et le moment où ils sont repartis”. Certains lui ont confié que “pour la première fois depuis bien longtemps, je me suis vraiment reposé”, “de l’énergie s’est remise à circuler dans mon corps” ou encore “mes batteries étaient à plat depuis un an, j’étais en mode survie, maintenant elles ne sont qu’à moitié remplies mais, j’ai à nouveau envie de vivre ! ”  Selon elle, un séjour de longue durée est plus efficace car, travailler où il y a un besoin nécessite de bien connaître la personne et, c’est parfois difficile sur un temps restreint. Il y a souvent plus de choses à traiter que ce que la personne croit. Par ailleurs, c’est très inspirant pour les participants d’être au contact de personnes qui ont changé de vie. Ingénieurs ou responsables commerciaux, ils ont décidé de travailler pour le mieux-être. Tout le monde peut changer de vie, faire des choix radicaux, vivre différemment ! Dans notre précédent article, nous parlons de deux personnalités inspirantes qui, après une crise de sens, ont changé de cap.  

Par la suite, la créatrice de Human Tempo accompagne à distance pendant trois semaines l’ensemble des participants et envisage de proposer de nouveaux formats,  plus courts, pour faire ultérieurement, un bilan avec les anciens participants. Des modifications seront également apportées au fil des séjours de sorte à améliorer constamment l’accompagnement proposé. Un beau projet pour lutter contre le burn out qui a un bel et long avenir devant lui, et qui fera surement l’objet d’une collaboration avec les entreprises !

La prochaine session aura lieu du dimanche 13 mai au vendredi 18 mai 2018 :

les personnes intéressées ont encore du temps devant elles pour s’inscrire, foncez !

Le bien-être de vos salariés est une priorité ? Découvrez Moodwork !