Pauline Castello

Pauline Castello, jeune naturopathe spécialisée sur les questions nutritives, explique que l’impact de la nutrition sur le bien-être physique et psychique des individus est non-négligeable. Ce n’est plus à prouver : une alimentation déséquilibrée engendre à la longue des carences lourdes au niveau de l’organisme.

Au delà des répercussions physiques les plus répandues telles que l’obésité et le diabète, la nourriture malsaine génère des pathologies graves et impacte négativement la réflexion intellectuelle. A l’inverse, manger correctement permet de se sentir plus dynamique et ce, sans nécessairement faire du sport, bien que la pratique d’une activité sportive reste indispensable. Egalement, se nourrir sainement entretient un état d’esprit positif.

Aussi, quel est l’impact de la nutrition sur le bien-être ? Et, comment changer ses mauvaises habitudes alimentaires ?

L’intestin, un deuxième cerveau qui impacte le bien-être

Pauline Castello revient avec nous sur le lien entre intestin et cerveau. Elle explique que “si on mange sainement, l’intestin sera sain également, ce qui aura un impact positif sur le bien-être. En effet, l’intestin est notre deuxième cerveau car il produit lui aussi des neurotransmetteurs. 90 % de sérotonine (hormone du bonheur) sont produites dans l’intestin. Autrement dit : mieux on mange, plus on sécrète de la sérotonine.”

Par ailleurs, selon le livre Les 5 saisons de l’énergie, l’intestin représente le langage du discernement. Il permettrait de rester lucide sur ce qui est bon, et moins bon, pour soi-même. Un intestin en mauvaise santé peut donc altérer la perception que l’on a de son environnement !  

Elle continue en précisant que des études scientifiques ont mis en lumière le fait que les bactéries présentes dans l’intestin ne sont pas les mêmes chez tout le monde. Ainsi, certaines personnes ont tendance à grossir plus vite ou à avoir des maladies inflammatoires plus facilement que d’autres. Il y a des règles de base pour toutes et tous comme : limiter les produits industriels, réduire sa consommation de viande et de produits laitiers, éviter les cuissons à trop haute température, manger le plus possible des fruits, des légumes et des légumineuses.

Mais, il reste cependant essentiel que chacun adapte son alimentation en fonction de son organisme et de son activité quotidienne ; pour cela, il est important de faire des bilans alimentaires régulièrement avec des professionnels qualifiés.

Pauline Castello met en garde sur une chose : dans la mesure du possible, il faut respecter les besoins naturels de son corps. Aussi, si le corps réclame fortement un aliment, il est nécessaire de lui en donner modérément. Aucun changement ne doit être radical et auto-diagnostiqué.

La nutrition : opérer un changement alimentaire pour accroître son bien-être 

Lorsqu’une personne prend la décision de changer son régime alimentaire, il est important selon Pauline Castello, “de ne pas tout changer d’un coup, car il faut que ce changement soit durable. Si la personne veut aller trop vite, elle ne tiendra pas sur le long-terme. Il s’agit d’enlever un élément, de le remplacer, de s’y habituer, puis de recommencer progressivement avec d’autres aliments nocifs jusqu’à complètement changer ses habitudes alimentaires.”

Elle ajoute qu’il est judicieux de ne plus avoir chez soi les produits qu’on ne veut plus consommer. Dans la même veine, le Drive est recommandé au détriment des déambulations dans les rayons de supermarchés, car les individus seront moins tentés par des achats compulsifs qu’ils pourraient rapidement regretter.

Enfin, elle précise qu’au début d’un changement de régime alimentaire, les plats peuvent sembler fades et moins gourmands que ceux que les personnes mangeaient préalablement car ils auront une teneur plus faible en sel, sucre et en exhausteur de goût. Mais, cette sensation désagréable n’est qu’une question de patience car en un mois environ, le palais s’habitue aux nouvelles saveurs qu’on lui propose. Le même plaisir gustatif sera pris mais avec des aliments différents et plus sains.

Enfin, la jeune naturopathe souligne que c’est par l’application progressive de ce changement et des effets positifs constatés que la personne s’encouragera elle-même afin de continuer à atteindre son objectif initial.

En conclusion…

Pauline Castello rappelle, même si nous l’oublions trop souvent, que l’impact de la nutrition sur le bien-être est important et que la santé physique reste un facteur de bien-être primordial. Il est essentiel de s’en soucier le plus tôt possible. Prendre soin de soi et de son bien-être revient donc, tout d’abord, à être attentif à ce que nous mettons dans nos assiettes ! 

Retrouvez dans notre précédent article comment le digital accroît la qualité du sommeil, autre facteur majeur qui impacte le bien-être !

Le bien-être de vos salariés est une priorité ? Découvrez Moodwork !