Que sont les soft skills et pourquoi sont-ils si importants ? Les soft skills sont les qualités interpersonnelles dont vous avez besoin pour réussir et vous épanouir dans votre travail. Il s’agit de la façon dont vous travaillez et dont vous vous comportez avec les autres, en d’autres termes, les people skills.

Entrez dans l’ère des soft skills

Les gains de productivité en entreprise ont historiquement été recherchés dans l’optimisation des processus et des technologies : le taylorisme et l’organisation scientifique du travail en sont un bel exemple. Dans ces transformations, l’accompagnement humain du changement était réduit au minimum, limité à l’explication des nouveaux modes de fonctionnement ou nouveaux outils, restreignant l’humain à un “corps machine”. 

L’accélération du changement a fait émerger de nouveaux enjeux : en constatant les difficultés relationnelles générées par cette transformation déshumanisante, a émergé l’idée que l’humain, et donc les soft skills, justement pouvait être la clé du changement, son moteur et non son frein. Les principes de l’organisation Agile mettent aujourd’hui au cœur de la réussite la communication accrue entre les différentes équipes (techniques et métier) et la fluidité des relations. 

La tendance actuelle rend donc peu à peu sa place à l’humain dans les entreprises et pourrait presque nous encourager à imaginer un monde dans lequel un collaborateur oserait déclarer fièrement lors de son entretien annuel 

Je n’ai pas atteint mes objectifs de chiffre d’affaires, en revanche je sens que je gère beaucoup mieux mon stress lié au changement”.

Monde dans lequel les soft skills (compétences comportementales et managériales) seraient devenues la priorité du développement et des objectifs des collaborateurs. Une douce utopie ? Peut-être pas.

L’importance du développement des soft skills pour les managers

Les managers sont les nouveaux “rouages” de l’entreprise, permettant de fluidifier la communication dans les deux sens, ayant la charge de veiller sur les équipes, remonter les alertes, trouver des solutions aux problématiques humaines . Or aujourd’hui « 50% des managers connaissent de sérieuses difficultés au cours de leur première année de prise de poste”. La plupart d’entre eux, difficultés ou non, apprennent et progressent souvent de manière lente et aléatoire sur la courbe des compétences managériales. Mais le fait que la plupart des managers fraîchement promus aient des difficultés n’est pas vraiment surprenant lorsque l’on regarde la manière dont ils sont (ou non) préparés à ces fonctions. Selon un sondage réalisé par la DDI World (cabinet de conseil en leadership) auprès de 1 130 managers de proximité, seulement 11% ont déclaré avoir été convenablement préparés à devenir un manager, et 57% ont déclaré avoir acquis leurs compétences managériales par l’essai et l’erreur. Une étude de McKinsey a révélé que la plupart des budgets de formation ne s’adressent pas à l’accompagnement des nouveaux managers ou des managers intermédiaires mais ont tendance à se concentrer sur les dirigeants.

Or, c’est uniquement avec un soutien suffisant sur le développement de leurs soft skills que les managers pourront accompagner, coacher et motiver leurs équipes pour mener l’entreprise vers l’accomplissement de sa mission.

Comment développer les soft skills de ses salariés ?

Contrairement à des compétences techniques ou métier qui nécessitent un travail sur un savoir-faire ou des connaissances, les soft skills font partie du savoir être. Or si les savoir-faire et connaissances sont objectives et universelles (toutes les personnes qui apprennent les mathématiques partagent les mêmes axiomes, propriétés, théorèmes…) le savoir-être est lui dépendant de la personne, de ses forces et faiblesses propres. Une approche standard ne peut donc pas être efficace !

Aujourd’hui plusieurs solutions existent pour travailler ces soft skills avec des formats très différents :

Les formations présentielles thématiques

Les avantages

Elles permettent, par une alternance de séquences théoriques et pratiques d’ouvrir la porte de la thématique choisie, d’avoir un retour immédiat des pairs ou du formateur. Par exemple, pour travailler la “prise de parole en public”, l’entraînement face aux autres participants pourra être une porte d’entrée sécurisante dans la pratique.

Les inconvénients

Leur format en groupe et généralement très ciblé dans le temps ne permet cependant pas une approche personnalisée, ni la pratique en situation réelle.

Les formations à distance type e-learning / webinar

Les avantages

Disponible quand et où on le souhaite les MOOC ou les webinars ont l’avantage de la grande flexibilité dans l’apprentissage : chacun peut aller à son rythme et avancer selon les contraintes de son agenda. Ils se prêtent particulièrement bien à diffuser des outils ou techniques que l’on peut ensuite essayer seul, en autonomie.

Les inconvénients

S’ils sont utiles en complément, tout miser sur les MOOC lorsqu‘il s’agit de soft skills paraît risqué car l’interaction humaine est souvent clé dans le développement des ces compétences. Or l’interaction en groupe et à distance n’est souvent pas possible, ce qui crée un désengagement de ces parcours.

Le coaching présentiel

Les avantages

Outil très puissant car très personnalisé, le coaching en présentiel permet à la fois l’interaction avec un professionnel et l’adaptation à l’agenda individuel. Il est par ailleurs plus “opérationnel” par nature puisque l’échange sera toujours centré sur la situation de la personne et sur ses soft skills propres et non sur un cas fictif générique. Il présente l’avantage d’être étendu dans le temps et d’alterner sur plusieurs semaines des phases de pratique concrète et d’échanges, retours, relectures de situation avec le coach.

Les inconvénients

Limite du coaching professionnel classique : son coût très important pour les entreprises, qui empêche donc sa diffusion dans toutes les couches managériales, ainsi que la mise en place souvent peu réactive.

Le coaching en ligne

Les avantages

En plus des avantages du coaching présentiel, le format “en ligne” présente des avantages accrus de flexibilité puisque la liberté de l’apprenant est « spatio-temporelle » : le coaché peut à la fois pratiquer ses soft skills quand il le souhaite mais aussi ou il le souhaite : en déplacement, chez lui, au bureau… Avantage de plus : tous les coachs deviennent accessibles et pas uniquement les coachs installés dans sa ville.

Les inconvénients

Si certains salariés réussissent à s’engager dans une interaction visio sans que cela ne soit un problème, d’autres sont plus réticents sur le principe. C’est une acculturation à réaliser en amont dans l’entreprise. Par ailleurs, il est nécessaire de travailler avec une méthodologie particulière et des coachs habitués à ce format. Choisir le bon partenaire, à la fois professionnel et qui saura inspirer confiance à distance peut être un frein.

Les options sont nombreuses selon les cultures, situations et appétences de chacun. Le rôle des RH est donc clé pour orienter chacun vers la solution qui conviendra le mieux au salarié et à l’entreprise pour développer ses soft skills.

Les transformations technologiques se succèdent à un rythme effréné mais il serait dangereux d’en déduire que la compétition entre entreprises se joue à ce niveau. Les entreprises qui réussiront demain sont celles qui misent sur les soft skills, qui remettront avant tout l’humain et les compétences humaines au centre. Une fois cette étape franchie, la technologie sera un outil qui viendra servir l’humain et non l’asservir.

Le bien-être de vos salariés est une priorité ? Découvrez Moodwork !

Olivier Wautier, Simundia

Auteur : Olivier Wautier, Responsable Marketing & Growth chez Simundia.