En 2019, une étude d’EY sur le sentiment d’appartenance montrait que 40% des salariés ayant répondu à leur enquête se sentaient isolés sur leur lieu de travail. Un chiffre particulièrement élevé quand on sait le temps qu’on passe au bureau. Le résultat : une baisse de motivation, d’engagement et de productivité Faire en sorte qu’on se sente intégré, qu’on sente qu’on fait partie d’une entreprise ou d’une équipe est donc primordial, que ce soit pour le bien-être des employés ou pour le bon fonctionnement de l’organisation.

Qu’est-ce que le sentiment d’appartenance ?

Le sentiment d’appartenance, c’est ce qui vous rattache à un groupe social. Vous partagez, avec d’autres individus, des croyances, des valeurs, des coutumes communes. L’ensemble de ces facteurs combinés font naître ce sentiment, qui participe à l’identité propre d’une personne. De la fierté peut aussi naître de l’appartenance à un groupe, lorsque celui-ci est perçu comme très positif : on se sent privilégié d’y prendre part. 

La première expérience qu’on fait de ce sentiment se situe souvent au niveau de la famille. Elle se développe ensuite en rapport d’autres groupes : école, amis, associations, travail… Ce sentiment ne se limite pas qu’à un seul cercle social.

Chez nos amis anglophones, on parle de “Sense of Belonging”.

Le sentiment d’appartenance en entreprise

Dans le monde du travail et en entreprise (ou dans n’importe quelle organisation), le sentiment d’appartenance existe. Il se développe notamment à travers les valeurs promues par l’entreprise, mais aussi les objectifs affichés ou l’image de l’entreprise et se manifeste par un lien d’attachement du collaborateur à son entreprise. De plus en plus pour les salariés, et notamment au sein de la Gen Z, ce sont là des éléments importants de la vie professionnelle.

Se sentir bien dans son travail, avoir le sentiment d’être à sa place : voilà des facteurs d’engagement de plus en plus importants pour les salariés.

Développer le sentiment d’appartenance de ses collaborateurs

Développer le sentiment d’appartenance chez ses salariés et ses collaborateurs est important pour les entreprises. Dans une étude de 2020, Deloitte montrait que plus de 9 salariés sur 10 estimaient que le sentiment d’appartenance était un boost pour la performance et l’engagement. De même, on peut facilement envisager que pour les entreprises qui arrivent à cultiver ce sentiment, le taux de turnover est moins important. Si on se sent à sa place dans l’organisation, pourquoi en changer ? Que ce soit donc pour le salarié ou pour le management, développer ce sentiment est important. Mais comment faire ? Voici quelques pistes qui pourraient bien vous aider.

Penser long terme

Le développement du sentiment d’appartenance se fait sur le long terme, que ce soit dans la vie quotidienne ou en entreprise. Ce n’est pas du jour au lendemain que vos collaborateurs se sentiront acteurs et partie prenante de votre entreprise s’ils ne le faisaient pas auparavant. Cela suppose un travail sur l’image de l’entreprise, sur la confiance que vous accordent vos salariés, sur votre communication et de nombreux autres éléments profonds, qu’on ne change pas en quelques actions superficielles.

Promouvoir la reconnaissance du travail

Le besoin de reconnaissance est présent chez tous les salariés. Comment se sentir comme appartenant à un groupe social si celui-ci ne reconnaît pas votre valeur ? Il en va de même dans l’entreprise.

Si vous souhaitez développer ce sentiment d’appartenance chez vos collaborateurs, faites preuve de reconnaissance envers eux. Notre enquête sur la reconnaissance au travail montrait que 58% des salariés estiment recevoir de la reconnaissance de la part de leur collègue, 61% de la part de leurs supérieurs, mais seulement 28% de la part de leur entreprise.

Que ce soit par des paroles ou par des actes, cette reconnaissance du travail peut se faire sur plusieurs paramètres : sur la qualité du travail d’une personne, sur son investissement, sur le plaisir qu’on a à travailler avec elle… Tous contribuent à renforcer le sentiment d’appartenance de la personne qui reçoit cette reconnaissance.

Travailler sur les valeurs et la culture d’entreprise

Pour se sentir pleinement appartenir à un groupe ou une entreprise, il faut en partager les valeurs, les croyances et la culture. Les employés doivent se reconnaître dans l’identité de l’entreprise. Travailler sur votre culture d’entreprise, partager votre vision et affirmer vos valeurs aideront vos collaborateurs à se positionner par rapport à elles.

Mais définir votre culture et vos valeurs ne suffit pas : encore faut-il y intégrer vos équipes et ce dès leur arrivée dans l’entreprise (voire même avant, par exemple en développant votre marque employeur en accord avec vos valeurs). Une mission d’importance aussi bien pour le management, les services RH que le département marketing d’une organisation.

Intégrer les collaborateurs à leur équipe

Le sentiment d’appartenance au sein d’une entreprise se fait à plusieurs niveaux. Au niveau de l’entreprise elle-même : on s’y sent attaché, on se reconnaît dans ce qu’elle promeut… Mais il se développe aussi vis-à-vis des membres d’une équipe : on prend plaisir à travailler avec ses collègues qu’on côtoie au quotidien. Aider chaque salarié à bien s’intégrer à son entreprise permet donc de développer ce sentiment. Comment ? Plusieurs méthodes existent : mettre en place un onboarding, organiser des activités de cohésion ou un team building, des points réguliers, favoriser la communication au sein d’un pôle…

Cette échelle individuelle – ou au niveau de la team – est primordiale : l’enquête d’EY montre que le sentiment d’appartenance est au plus fort lorsque se crée une relation humaine entre les collègues et avec le management. Un simple salut, une discussion à la machine à café : de petits signes qui montrent qu’on se soucie de l’autre et que son bien-être a une importance.

Définir un objectif clair et commun

Autre axe à travailler pour développer le sentiment d’appartenance : la création d’un objectif clair et commun, vers lequel travaillent tous les collaborateurs. Il devient important, pour tous, de comprendre l’intérêt de sa tâche et de ses missions dans l’accomplissement de cet objectif. Travailler à un but commun permet à chacun de se sentir à sa place.

Cet objectif global de l’entreprise doit se traduire, au niveau de l’individu, par des objectifs personnels clairs et définis eux aussi, qui s’intègrent dans le projet global. Pour son épanouissement professionnel, il doit sentir que son poste a un impact tout en ayant une certaine marge de manœuvre et d’autonomie.

Le sentiment d’appartenance dépend aussi de l’employé

Malgré tout, le sentiment d’appartenance est un sentiment personnel. Les entreprises peuvent le favoriser, mais comme pour tous les aspects de la QVCT, la démarche doit venir aussi du collaborateur. C’est pourquoi il est primordial d’échanger régulièrement sur les attentes qu’un salarié a envers l’entreprise.

A noter : le sentiment d’appartenance est inclus et identifié dans le bilan de bien-être que nous avons développé sur l’application Moodwork. Si l’un de vos employés est en manque d’appartenance, ce bilan le fera ressortir et lui fournira toutes les ressources dont il a besoin pour le développer. Pour faire votre demande de démo, c’est par ici !