Qu’est-ce que l’agilité cognitive ?

D’après Di Bello (1997), l’agilité cognitive est :

« la capacité d’un individu à remettre en cause son évaluation de la situation en réponse à des données indiquant que les conditions ont changé. Capacité à réévaluer son modèle mental en réponse à un feedback dynamique ».

En clair, cela veut dire « être agile du cerveau ». Dans l’agilité cognitive, on retrouve le processus de raisonnement dynamique pour des conclusions rapides, le processus de créativité, la capacité d’analyse et de réactivité au moment de raisonner pour être plus habile dans des prises de décisions efficaces. 

Ces processus ne sont pas des aptitudes innées mais bien acquises, aussi peut-on améliorer son agilité cognitive. Nous devons ainsi les travailler tous les jours pour nous adapter le mieux possible aux variations de notre environnement. 

Depuis quelques années, cette agilité cognitive est de plus en plus recherchée chez les salariés par les entreprises : cette agilité leur permet de s’adapter facilement au changement, d’anticiper les problématiques, d’être créatifs etc.

Comment développer l’agilité cognitive ?

Il n’est pas si compliqué d’entretenir ou développer son agilité cognitive et différentes méthodes existent. Du plus ludique au plus studieux, nous avons :

  • les jeux mnémotechniques,
  • les jeux cérébraux,
  • la résolution de problème,
  • l’école,
  • et surtout les métiers qui permettent une certaine liberté de pensée, de réflexion, d’autonomie.

Pour faire simple : tout ce qui stimule votre cerveau va vous permettre de nourrir et conserver cette agilité cognitive. 

L’agilité cognitive est-elle nécessaire dans tous les métiers ?

Il est vrai que l’agilité cognitive dans le monde du travail n’est pas nécessaire dans les métiers plus techniques. En effet, ces métiers nécessitent des connaissances déjà acquises qui n’ont pas pour but de se développer dans leur activité professionnelle ailleurs qu’en formation. Cependant, l’agilité cognitive peut être intéressante dans cette catégorie de métier si vous accédez à des responsabilités incluant du management, en devenant par exemple chef de chantier, chef d’équipe ou de projet. 

Quel rôle le psychologue a à jouer envers l’agilité cognitive ? 

Une compétence en lien avec la Qualité de Vie au Travail

Le psychologue, conscient de l’importance de l’agilité cognitive dans les métiers où on retrouve de la collaboration, de la réflexion, de l’innovation, de la prise de décision etc., s’intéresse à la qualité de vie au travail des salariés et aux méthodes de travail et de management dans les organisations.

Le rôle crucial de l’autonomie

En effet, il est nécessaire pour les salariés de bénéficier d’autonomie dans leur travail. Si aucune marge de manoeuvre ne leur est laissée, ils n’ont pas la nécessité de stimuler leur cerveau et leur réflexion et ne peuvent entretenir leur souplesse d’esprit, leur efficacité ou encore leur créativité. L’autonomie et l’agilité cognitive sont donc deux notions interdépendantes.

Pour l’entreprise, faire de leurs salariés des simples exécutants à l’heure de l’innovation et du développement, c’est perdre une richesse réflexive et de découverte incroyable. Qui plus est, un salarié exécutant pourra ressentir un sentiment de non-reconnaissance et une perte de motivation, un combo de frustrations néfastes pour les bénéfices et le développement de l’organisation, et pour les collaborateurs.

Favoriser et valoriser l’agilité cognitive bénéficie donc à la fois au salarié et à l’entreprise !

Le bien-être de vos salariés est une priorité ? Découvrez Moodwork !

Autrice de l’articleCléo Adonel, étudiante Master PSTO, Université Catholique de Lille pour Moodwork

Sources :

  • Bornard, F., & Briest-Breda, C. N. (2014). Développer l’esprit d’entreprendre, une question d’agilité. Revue de l’Entrepreneuriat, 13(2), 29-53.
  • Di Bello, L. (1997). Exploring the relationship between activity and expertise: Paradigm shifts and decision defaults among workers learning material requirements planning. Naturalistic decision making, 29-36.
  • Good, D. (2009). Explorations of cognitive agility: A real time adaptive capacity (Doctoral dissertation, Case Western Reserve University).
  • Pfeifer, S., & Borozan, D. (2011). Fitting Kolb´ s learning style theory to entrepreneurship
  • learning aims and contents. International journal of business research, 11(2), 216.
  • Qin, R., & Nembhard, D. A. (2015). Workforce agility in operations management. Surveys in
  • Operations Research and Management Science, 20(2), 55-69.