Ne vous êtes-vous jamais demandé quelle était la différence entre psychologue et psychiatre ?

Depuis le 4 février 2021, la chaîne Arte diffuse la série « En Thérapie », créée par Éric Toledano et Olivier Nakache. Le parti pris de la série est de donner à voir une société et ses affres, la France meurtrie au lendemain des attentats du 13 novembre 2015, au travers de la psyché des individus qui la composent et qui se succèdent dans l’intimité d’un cabinet de psychothérapie.

On y suit le Docteur Philippe Dayan et cinq de ses patients du lundi au jeudi, le vendredi étant réservé au dialogue avec Esther, une amie et consœur de Philippe Dayan, avec qui il revient sur sa semaine et évoque ses propres interrogations.

Le succès de la série aura mis en lumière le monde des « psys » mais de quels « psys » parle-t-on ?

Psychologue, psychiatre, psychanalyste, psychothérapeute, il est parfois difficile de s’y retrouver pour les néophytes, de faire la différence entre psychologue et psychiatre, ou entre psychologue et psychanalyste, a fortiori si l’on souhaite prendre rendez-vous : à qui s’adresser ?

Alexandre Bonhomme Deveycx, psychologue clinicien du travail chez Moodwork, nous explique la différence entre psychologue et psychiatre

Pour y voir plus clair, Alexandre Bonhomme Deveycx, psychologue clinicien du travail chez Moodwork revient pour nous sur les différents types de praticiens de la planète « psy » et sur ceux que nous voyons en œuvre dans la série « En Thérapie ». Il reviendra ensuite plus spécifiquement sur sa spécialité, la psychologie du travail, et nous parlera du rôle de cette discipline dans le cadre de son travail chez Moodwork.

 Différence entre psychologue et psychiatre, entre psychanalyste et psychothérapeute…
Mise au point terminologique

Le psychologue, détenteur d’un master en psychologie

Le psychologue est un professionnel formé au sein d’une université et diplômé d’un master professionnel ou d’un DESS en psychologie. Tous les psychologues ne pratiquent pas de la même façon, et chacun d’entre eux se spécialise dans une branche particulière de la discipline.

En France, contrairement à ce que l’on pourrait penser, les psychologues n’ont pas de formation médicale et ne font donc pas partie du personnel médical ou paramédical à proprement parler (médecins, infirmiers, aide-soignants, etc.) Bien que leur activité soit assimilée au secteur de la santé, les psychologues ne sont donc pas des professionnels de santé.

On imagine souvent les psychologues s’interrogeant sur ce qu’il se passe dans la tête d’une personne donnée. Néanmoins, la psychologie s’occupe également de bien d’autres questions, par exemple  :

  • Comment notre environnement influence-t-il notre comportement ?
  • Comment deux personnes peuvent s’influencer mutuellement ?
  • Quels sont les mécanismes de la pensée ? Etc.

Le psychologue clinique

La culture populaire nous représente souvent le psychologue comme un thérapeute recevant des patients dans un cabinet, ou encore comme un soignant exerçant à l’hôpital auprès des malades ou au sein du service de psychiatrie.

En réalité, il s’agit là d’une spécialité de la psychologie : la psychologie clinique.

Cette dernière se concentre sur la prise en charge psychothérapeutique de personnes en situation de souffrance psychique, que ce soit à cause d’une situation de détresse ou d’une maladie psychique.

Attention toutefois, la consultation d’un psychologue clinique n’est pas réservée aux patients d’ores-et-déjà en situation de souffrance : un véritable travail d’identification des risques et de prévention peut également être mené par ces professionnels !

Il faut donc garder à l’esprit que la psychologie ne se limite pas à la psychologie clinique et qu’il existe d’autres méthodes de prise en charge par des psychologues (accompagnements non-thérapeutique, évaluations, interventions à but de prévention, etc.)

Le psychiatre, un médecin spécialisé

Le psychiatre est avant tout un médecin qui, à l’issue de son cursus, s’est spécialisé en psychiatrie ce qui lui confère également des compétences en psychologie. Du fait de son statut de médecin, le psychiatre est habilité à prescrire des médicaments, ce que ne peut pas faire un psychologue.

Le rôle du psychiatre est de soigner ou du moins de stabiliser les maladies psychiques. Il dispose pour cela de compétences en psychothérapie, en recherche et en médecine. Son rôle ne se limite donc pas à écouter le patient et à lui donner une ordonnance à la fin de la séance : il travaille également sur les aspects médicaux de la situation du patient.

La différence entre psychologue et psychiatre réside donc leur formation, et plus largement dans les compétences que leur attribuent ces formations.

Une autre différence entre psychologue et psychiatre, plus pratique, se trouve dans le fait que la consultation d’un psychiatre est remboursée par la Sécurité Sociale alors que celle d’un psychologue ne l’est pas.

Le psychanalyste, un spécialiste d’une des sous-branche de la psychologie

Le psychanalyste a été formé dans une école de psychanalyse. La plupart des psychanalystes sont psychologues ou psychiatres, affiliés à une association de psychanalystes. Il s’agit en fait de personnes pratiquant et se réclamant d’une des sous-branches de la psychologie.

Le psychanalyste utilise les méthodes de psychothérapie développées par les différents courants de pensée psychanalytique : celle de Sigmund Freud, qui a fondé la discipline, mais également celles d’autres analystes tels que Carl Gustav Jung ou Jacques Lacan.

Les méthodes de la psychanalyse se concentrent sur l’étude de l’inconscient et sur la façon dont il structure la vie psychique d’un individu. De manière pratique, le psychanalyste travaille à la guérison du patient grâce à une cure par la parole. 

La différence entre psychologue et psychiatre est ici inopérante, la psychanalyse étant une spécialité que l’un comme l’autre peut décider d’acquérir.

Le contrôleur : le psychanalyste du psychanalyste

Avant d’exercer, chaque psychanalyste doit lui-même suivre une psychanalyse auprès d’un de ses futurs confrères pour en apprendre plus sur son propre inconscient et son propre fonctionnement psychique. Ce travail se poursuit lors de la carrière d’un psychanalyste auprès d’un contrôleur. Le rôle de ce dernier est de s’assurer qu’un analyste est toujours apte à exercer, notamment en vérifiant qu’il a su ne pas être affecté par ses patients et qu’il conserve une solide posture déontologique.

Le psychothérapeute : un soignant de l’esprit

« Psychothérapeute » est plus une catégorie qu’un titre : psychologues, psychiatres et psychanalystes, dès lors qu’ils sont dans une démarche de soin, peuvent être qualifiés de psychothérapeutes. En effet, comme l’indique la composition du mot, le psychothérapeute est un thérapeute de la psyché, de l’âme, de l’esprit. Aussi, tous les psychiatres, les psychanalystes et les psychologues cliniciens sont des psychothérapeutes. Attention néanmoins : les psychologues non-cliniciens ne sont pas psychothérapeutes !

Si jamais vous avez un doute, utilisez ce mot qui gomme la différence entre psychologue et psychiatre !

Le psychopraticien

Sous ce terme sont regroupés les personnes qui pratiquent la psychothérapie mais qui ne possèdent pas le titre de psychologue ou de psychothérapeute, ces derniers étant encadrés légalement.

Une telle situation se rencontre notamment à l’issue d’un cursus dans une école privée dont les formations, les méthodes et les diplômes ne sont pas reconnus par l’État.

Bien qu’il existe de très bons psychopraticiens, la prudence est donc de mise !

Le docteur en psychologie : un chercheur en psychologie, détenteur d’un doctorat

L’amalgame entre « docteur » et « médecin »

Si dans le langage courant, les mots « docteur » et « médecin » sont synonymes, ce n’est pas toujours le cas. Au sens propre, un docteur est une personne ayant obtenu un doctorat universitaire, peu importe le domaine. En France, l’utilisation des titres académiques n’est pas d’usage à l’exception de deux corporations de métiers notables : « Docteur » pour les médecins, « Maître » pour certaines professions juridiques. Au titre de cette exception, par amalgame et par abréviation, le docteur s’est mis à désigner un docteur en médecine uniquement, et non pas en philosophie ou en physique.

L’encadrement légal de cette tradition vient cependant d’évoluer et, désormais, « les titulaires du diplôme national de doctorat peuvent faire usage du titre de docteur dans tout emploi et en toute circonstance»

Le docteur en psychologie n’est pas un docteur en médecine

Toutefois, le sens premier perdure dans la langue académique. Aussi, un docteur en psychologie n’est pas un médecin spécialisé en psychologie (un psychiatre) mais un professionnel ayant effectué un doctorat en psychologie et non en médecine. Il a le même niveau d’étude qu’un médecin mais lui est spécialisé dans les différents courants de la psychologie.

Notons qu’il existe en France deux types de doctorat :

  • les doctorats d’exercice : ils sont obtenus après validation d’une thèse d’exercice et concernent des disciplines comme la médecine, la pharmacie, l’odontologie et la médecine vétérinaire. Ils permettent l’obtention d’un Diplôme d’État de Docteur, nécessaire à l’exercice des professions précédemment nommées et ne sont donc reconnus qu’en France.
  • les doctorats universitaires : ils sont obtenus après validation d’une thèse de recherche. Ils permettent l’obtention du grade universitaire de docteur, reconnu internationalement. Ce grade permet notamment d’accéder à l’enseignement universitaire et permet d’obtenir une habilitation à diriger des recherches, ce qui n’est pas possible après l’obtention d’un doctorat d’exercice

Les docteurs en psychologie sont donc des chercheurs ayant étudié en détail certaines branches de leur discipline, telles que la psychologie cognitive ou la psychologie sociale, par exemple.

Quels types de psy dans « En Thérapie » ?

**Alerte spoiler**

Philippe Dayan, le protagoniste

Vous l’avez peut-être déjà deviné, Philippe Dayan, le protagoniste de la série « En Thérapie » est psychanalyste mais aussi psychiatre.

L’identité psychanalytique de la série ne vous aura pas échappé : références à Freud, Jung ou encore Lacan, thérapie par la parole, concentration sur la structuration du discours, les actes manqués et les lapsus, tentative d’appréhender l’inconscient, etc. On retrouve également l’iconique divan sur lequel le patient peut ou s’asseoir ou s’allonger.

En revanche, le fait que Philippe Dayan soit psychiatre est plus subtilement évoqué. Le mot n’est jamais prononcé en tant que tel, mais quelques indices permettent de deviner :

  • Philippe Dayan se fait appeler « docteur » par ses patients, un titre que l’usage réserve aux docteurs en médecine
  • Le Dr Dayan peut prescrire des médicaments. Dès l’épisode 2, on le voit faire une ordonnance au policier de la B.R.I Adel.
  • Lors de sa première rencontre avec Esther, Philippe Dayan évoque les présentations qu’il faisait à l’hôpital Saint Sébastien devant les étudiants. Les étudiants en hôpital étant généralement des externes ou internes en médecine, on peut alors supposer qu’il est lui-même diplômé de cette discipline.

Esther, la contrôleuse de Philippe Dayan

Vu la teneur de ses discussions avec Philippe Dayan, Esther est également psychanalyste. Le fait que les deux personnages se parlent d’égal à égal peut laisser penser qu’Esther possède les mêmes qualifications que Philippe et qu’elle serait donc également psychiatre, mais rien n’est toutefois explicitement dit sur ce point.

Dès sa première apparition à l’épisode 5, elle indique avoir été par le passé la contrôleuse de Philippe Dayan pendant dix ans.

Lors de leurs échanges, il est plusieurs fois question, notamment lors de l’épisode 20, d’une « association freudienne » et de « deux revues » dont Philippe Dayan aurait pu prendre la tête à la suite de Gaëtan, le défunt mari d’Esther et ancien mentor de Philippe. Il est dit que cette association serait influente vers Saint-Germain-des-Prés.

Il peut s’agir là d’une référence à la Société psychanalytique de Paris, fondée en 1926 (historiquement la première association psychanalytique française) et initialement située sur le boulevard Saint-Germain, en plein Saint-Germain-des-Prés. Cette association édite notamment depuis 1927 la Revue Française de Psychanalyse.

**Fin du spoiler**

 Et chez Moodwork, quels types de « psy » ?

Des psychologues du travail

Chez Moodwork, nous avons décidé de concentrer une partie de nos efforts sur la psychologie du travail. Celle-ci étudie les liens entre l’individu et son activité professionnelle, et la façon dont le travail façonne l’humain, en positif comme en négatif.

Les spécificités de la psychologie du travail

Les psychologues du travail peuvent être présents auprès des salariés en souffrance à travers des prises en charges individuelles mais aussi à travers des prises en charge de groupe, ou encore à travers les interventions sur site.

En psychologie du travail, la pratique psychothérapeutique se concentre sur :

  • l’identification des pathologies en lien avec l’activité,
  • la prévention des risques psychosociaux grâce notamment à l’intervention auprès des équipes, des travailleurs ou des managers.
  • le conseil pour gérer l’apparition de situations de travail délétères,

À ces trois aspects, nous faisons correspondre trois types d’actions :

  • des tests pour s’auto-évaluer et connaître son niveau de bien-être au travail
  • des ressources pour agir en fonction du résultat et sensibiliser aux RPS : conférences en ligne, fiches conseils, études, enquêtes, livres blancs, etc.
  • des accompagnements par des psychologues, disponibles à tout moment.

Une spécialité toute indiquée pour la Qualité de Vie au Travail

S’il est spécifiquement question de Qualité de Vie au Travail, la psychologie du travail est la plus indiquée pour traiter une telle demande. Si tous les psychologues sont compétents pour appréhender la subjectivité d’un salarié, l’avantage du psychologue du travail réside dans le fait qu’il sait penser et appréhender l’impact de mauvaises conditions de travail, à court et à long terme, sur un individu ou sur une équipe.

Des chercheurs en psychologie

Plusieurs docteurs en psychologie travaillent chez et avec Moodwork afin de faire avancer la recherche en psychologie et produire des contenus de qualité scientifique. Leurs missions comprennent notamment :

  • La validation scientifique des contenus
  • La conduction d’enquêtes et d’études selon une méthodologie scientifique
  • La création de différents outils, tels que des échelles de mesure (du burn-out par exemple), soumis à validation de la communauté scientifique

Des psychologues d’autres spécialités

Dans une démarche d’adaptation de ses outils aux besoins des salariés, Moodwork s’est entouré de nombreux professionnels de différents champs de la psychologie pour orienter le salarié en fonction de la problématique qu’il rencontre. La frontière entre vie personnelle et vie professionnelle est en effet poreuse et une situation de souffrance au travail peut avoir ses causes en dehors de la sphère professionnelle.

Ainsi, si le problème d’un salarié est en lien avec un trouble psychopathologique nécessitant une prise en charge en psychologie clinique, une prise de rendez-vous sera proposée avec un psychologue clinicien. De même, si un salarié démontre un état dépressif, il sera orienté vers un psychologue spécialisé dans ce domaine. 

Chaque situation de souffrance nécessite une prise en charge adaptée et inventive. Chaque psychologue, psychiatre et psychanalyste travaille différemment, et chaque patient rencontre une difficulté différente. Il est donc primordial de trouver le bon « psy » pour le bon patient, sans chercher à privilégier une discipline de la psychologie en particulier. 

 En bref

  • Différence entre psychologue et psychiatre n°1 : leur formation, l’un est diplômé d’un master en psychologie, l’autre d’un doctorat en médecine.
  • Différence entre psychologue et psychiatre n°2 : en tant que médecin, le psychiatre peut prescrire des médicaments, ce que ne peut pas faire un psychologue.
  • Différence entre psychologue et psychiatre n°3 : en tant que médecin, le psychiatre porte son titre de « docteur ».
  • Différence entre psychologue et psychiatre n°4 : les honoraires du psychiatre sont remboursés par la Sécurité Sociale, ceux du psychologue, non.
  • Le psychanalyste s’est formé à la discipline initiée par Freud dans une école spécialisée. Le plus souvent, cette spécialisation vient compléter une formation de psychologue ou de psychiatre.
  • Le psychothérapeute désigne toute personne qui procure des soins en terme de santé mentale.
  • Le psychopraticien désigne un praticien de la psychothérapie dont la formation en école privée n’est pas reconnue par l’État.
  • Le docteur en psychologie est un chercheur qui possède un doctorat en psychologie. Il n’est pas médecin.
  • Dans « En Thérapie », Philippe Dayan est à la fois psychanalyste et psychiatre
  • Chez Moodwork, nous travaillons avec des psychologues du travail, des psychologues cliniciens pour l’accompagnement et avec des docteurs en psychologie pour la recherche.

Le bien-être de vos salariés est une priorité ? Découvrez Moodwork !