Vous en avez peut-être entendu parler si vous vous intéressez aux questions de bien-être et de santé mentale ou physique au travail : la QVT devient la QVCT, pour Qualité de Vie et Conditions de Travail. Pourquoi ce changement ? Qu’implique-t-il ? 

La QVCT, qu’est-ce que c’est ?

Définition de la QVCT (Qualité de vie et des Conditions de Travail)

La QVCT, c’est un acronyme, qui signifie Qualité de Vie et Conditions de Travail. Elle descend directement de la QVT (Qualité de Vie au Travail) qui avait été définie en 2013 par l’ANACT comme “les actions qui permettent de concilier à la fois l’amélioration des conditions de travail et la performance globale”. La QVCT ne modifie en rien cette définition : en clair, il s’agit simplement d’une nouvelle dénomination, qui met l’accent sur les conditions de travail.

Pourquoi ce changement d’acronyme ?

Quelles sont les différences entre QVT et QVCT ? 

Les différences entre la QVT et la QVCT sont finalement assez peu nombreuses. La définition, par exemple, ne change pas. Mais alors pourquoi changer d’acronyme ? Pourquoi rajouter ces “Conditions”, dans “Qualité de Vie et Conditions de Travail” ?

La réponse nous vient de l’ANDRH, Association Nationale des Directeurs des Ressources Humaines. L’objectif est d’accroître le focus fait sur les conditions de travail des salariés, mais aussi sur le contenu du travail. Il faut s’éloigner des avantages décorrélés du travail, mis en avant par beaucoup d’entreprises : non, les babyfoots, les séminaires et les cours de yoga ne suffisent pas à instaurer une bonne qualité de vie et de bonnes conditions de travail. Ce changement de nom veut recentrer le débat et l’attention sur des enjeux liés au travail en lui-même : évolution professionnelle, montée en compétences, relations au sein de l’entreprise…

De la QVT à la QVCT

Pour comprendre pourquoi la QVT devient la QVTC, il faut revenir en arrière et étudier les évolutions de la Qualité de Vie au Travail au fil du temps

L’histoire de la QVT

La QVT est, en France du moins, un concept très récent qui date des années 2000. On parlait, auparavant, de la prévention des RPS (Risques Psychosociaux) ou de l’amélioration des conditions de travail. Elle s’en éloigne par une approche philosophique différente : là où l’objectif de la prévention des RPS est d’empêcher les employés de dégrader leur santé, la QVT cherche plutôt à transformer le travail en source d’épanouissement.

Développée par l’ANACT, l’Agence Nationale pour l’Amélioration des Conditions de Travail, la QVT est définie par cette dernière à travers six points clés : 

  • La qualité des relations sociales
  • La qualité du du contenu du travail 
  • La qualité de l’environnement de travail
  • La qualité de de l’organisation du travail 
  • Les possibilités de développement professionnel 
  • Le respect de l’équilibre vie privée et vie professionnelle. 

Mais à cette époque, on parle encore peu de QVT et encore moins de QVCT. Le concept reste tout de même flou ou lointain pour de nombreuses entreprises, et les RPS continuent à susciter plus d’attention.

Les années 2010 marquent un essor de la QVT. En 2013, l’ANI QVT (Accord National Interprofessionnel pour la Qualité de Vie au Travail) est le premier document officiel à mentionner la QVT, dont il propose la définition suivante: 

Un sentiment de bien-être au travail perçu collectivement et individuellement qui englobe l’ambiance, la culture de l’entreprise, l’intérêt du travail, les conditions de travail, le sentiment d’implication, le degré d’autonomie et de responsabilisation, l’égalité, un droit à l’erreur accordé à chacun, une reconnaissance et une valorisation du travail effectué.”. 

En 2015, la loi Rebsamen va entériner une négociation annuelle pour la QVT au sein de toutes les entreprises.

L’apparition de la QVCT

Dernière étape de cette histoire et celle qui nous intéresse : en 2020, l’ANI QVT décide que la QVT deviendra la QVCT. La notion de Conditions de Travail, en effet, si elle était centrale, semble s’être progressivement effacée au profit de la seule qualité de vie au travail. En changeant d’acronyme, on réintègre la question des conditions de travail, tout en conservant l’approche positive (faire du travail une source d’épanouissement) de la QVT. 

Comment agir sur la QVCT ?

Comment alors, concrètement, agir sur la QVCT ? L’ANACT a créé un guide d’aide à la mise en place d’une démarche QVCT en 4 étapes (le télécharger en PDF).

  1. Conception et pilotage

Dans cette phase, l’objectif est de créer un comité de pilotage de la démarche QVCT en interne et d’identifier les modalités de pilotage : outils à disposition, calendrier de mise en place… Il s’agit de la phase de préparation.

  1. Diagnostic et choix d’expérimentations

Réaliser un diagnostic QVCT, c’est mesurer où en sont les questions de bien-être et de santé mentale et physique dans votre entreprise. Comment se sentent les salariés ? Quelles actions ont déjà pu être mises en place ? Il faut aussi s’interroger sur le fonctionnement de l’entreprise : comment s’organise-t-elle ? Quid du style de management, des évolutions professionnelles ?

Une fois les informations récoltées, il faut les traiter, pour en tirer les conclusions logiques : le diagnostic doit vous donner des pistes concrètes à explorer pour améliorer les conditions de travail de vos employés.

  1. Expérimentation et évaluation embarquée

Une fois le diagnostic QVCT réalisé, place à l’action. En vous basant sur les résultats récoltés, expérimentez, mesurez, améliorez. Pour chaque action mise en place, évaluez comment elle impacte le facteur sur lequel vous cherchiez à jouer et déterminez comment l’améliorer encore.

La démarche QVCT est un processus continu d’amélioration. Mettre en place une ou plusieurs actions n’est pas suffisant : il faut constamment être à la recherche de moyens d’améliorer les conditions de travail.

Mise en place d'une démarche de QVCT

L’expérimentation se fait, de manière générale, dans un périmètre réduit : sur un projet unique, sur une équipe. 

  1. Pérenniser l’action et engager son déploiement

Une fois les expériences validées, on peut les déployer à l’ensemble de l’entreprise ou de la structure. Il faut alors mesurer l’impact et les retombées de ce déploiement généralisé, par exemple via la mise en place d’un baromètre QVT. 

Les facteurs clés de succès pour une démarche QVCT réussie

Si vous souhaitez que votre démarche QVCT soit une réussite, plusieurs facteurs-clés de succès sont à prendre en compte. 

  1. La QVCT se travaille dans le temps

L’amélioration de la qualité de vie au travail et des conditions de travail se fait dans le temps. “C’est une démarche continue et itérative”, rappelle Antoine Courcoux, psychologue chez Moodwork. “Elle peut avoir des conséquences inattendues”. Il est donc important de toujours mesurer les impacts de vos actions, pour les améliorer et vous assurer qu’elles répondent à vos objectifs. 

  1. Communiquez autour des actions

La communication est extrêmement importante. Communiquez sur les actions mises en place, sur leurs objectifs, les retombées… Cela aidera vos collaborateurs à mieux comprendre la démarche, détecter les actions mises en place, et facilitera les retours pour améliorer la démarche dans son ensemble. Il est très important de sensibiliser aux questions de QVCT toutes les parties prenantes de la démarche.

  1.   N’entamez une démarche QVCT que si vous êtes prêts à mettre en place des actions concrètes

Mobiliser les salariés pour au final ne rien mettre en place aurait en effet des résultats inverses à ceux attendus : frustration, manque de confiance dans la hiérarchie, sentiment de ne pas être considéré…

  1. Définissez des actions à court, moyen et long terme

Planifier vos actions sur des échéances diverses vous permet de mettre en place des actions rapidement, afin de présenter à vos collaborateurs des résultats plus rapides et rendre plus concrète la démarche. Les actions sur un temps plus long vous permettront d’agir plus en profondeur.

Découvrez notre livre blanc pour mettre en place une démarche QVCT dans votre entreprise !

Découvrez notre livre blanc “5 étapes-clés pour réussir votre démarche QVT”. Des conseils d’experts, des cas pratiques et une méthode claire et applicable pour vous aider à améliorer la QVCT dans votre entreprise.